La marmite de l'auto-édition

L’aventure de l’écriture, puis de celle de (l’auto) édition n'étaient pas toujours des choix évidents. Enfin, surtout pour moi, scribe de mon état. Les enfants, évidemment n’avaient aucune hésitation et m’ont au contraire poussé et Serge pareil à lui-même, a suivi le mouvement. Pour l’écriture d’abord, j’ai connu cette période où on se dit qu’on n’est pas un écrivain, un vrai. On se dit que rien ne sert de coucher notre imagination sur papier, cela n’intéresse personne de toutes les façons. Pourtant j’ai toujours aimé lire, mais jusqu’à récemment, l’écriture pour être publiée ne m’avait jamais traversé l’esprit. Puis je me suis dit que j’allais écrire ma petite histoire pour faire plaisir aux enfants, sans velléité de publication. Je me suis dit que nous allions garder ces quelques pages pour nous, comme un merveilleux souvenir de moments passés en famille. Puis la petite histoire est devenue grande et les « et si… » ont commencé à germer dans ma tête.

Envoyer le manuscrit à un éditeur ? Lorsque j’ai lu ce que cela pouvait prendre comme temps et créer comme stress, j’ai rapidement mis cette option de côté. Il faut dire que je n’avais pas non plus envie de me soumettre à l’opinion d’une personne tierce. Je savais, et je sais toujours à l’intérieur de moi, que la publication de ce livre va au-delà de la recherche d’approbation des éditeurs ou du public, même si j’aimerai quand même qu’il soit bien accueilli, évidemment (bien évidemment!). Bref, pas d'édition classique pour mon manuscrit.

J’ai continué de chercher et je suis tombée sur l’option d’auto-édition qui m’a rapidement convaincue. Il faut dire qu’à ce niveau, l’offre était variée. J’avais l’option de tout faire moi-même (DIY), ou celle de me faire accompagner pour certaines étapes. J’ai opté pour la dernière solution, ne me sentant pas le courage de créer une maquette et une couverture professionnelle moi-même par exemple. J’ai donc fait corriger le manuscrit et je l’ai fait mettre en page par des professionnels de l’édition. J’ai également payé pour que la couverture soit nickel et pour que la diffusion soit optimale. Pour le reste, je m’en suis chargée moi-même et je dois dire que j’y ai pris beaucoup de plaisir. Ce livre, mon bébé est resté complètement mien jusqu’au bout, jusqu’à sa présentation officielle. J’ai choisi la place des illustrations, j’ai choisi les couleurs, les polices, leur taille, tout, tout, tout. J’ai eu mon mot à dire sur tous les détails et je dois avouer que ce fut une expérience magnifique. Aller au-delà de l’écriture, façonner son bébé et lui donner l’image qu’on veut, donner corps à la vision qu’on a du produit final est un choix que pour l’instant, je ne regrette pas. Pour la promotion aussi, c’est un effort personnel. En parler autour de moi, ouvrir des comptes sur les réseaux sociaux, hésiter à en parler aux copains, créer une présence là où il n’y en avait pas, aborder les « influenceurs », faire la publicité, tout cela aussi fait partie de l’aventure.

Lorsqu’il sera dans les mains des lecteurs, je suppose qu’une autre page va s’ouvrir, et j’ai hâte de savoir ce qu’elle va nous apporter.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly